Les octogénaires aux doigts d'or

La conduite est sportive à bord du cabriolet que pilote Charles Roulin pour nous mener à son appartement de Bernex, en banlieue genevoise. C’est là qu’il a installé son petit atelier. Les voix de Brel, Ferré, Barbara ou Reggiani y sont ses seules compagnes. L’homme travaille en solitaire dans un capharnaüm poétique, authentique cabinet de curiosités où s’entassent ouvrages naturalistes, squelettes d’animaux, os de dinosaures et végétaux fossilisés. Sa formidable énergie, cet ancien photographe la puise en marchant dans la montagne en écrivant, en dessinant. Charles Roulin prend le temps de poser son regard, d’écouter le paysage pour sculpter ensuite dans la masse des scènes façonnées par son imagination. Les collectionneurs fortunés - se disputent la quinzaine de créations qui sort de son atelier chaque année. Sur une table trône son dernier couteau : il a nécessité pas moins de 382 heures de travail, à creuser dans la matière d’un acier 440 C (le plus dur qui soit) et d’un os de dinosaure vieux de 75 millions d’années! Un redoutable exercice pour un résultat admirable et poignant. Peintre en bâtiment à 15 ans, Charles Roulin a fabriqué son premier couteau à 49, en amateur. L'un de ses amis repère ses dons et lui suggère d’aller faire un stage en Arizona chez l’un des gourous américains du métierDevon Butch Beaver. Parti pour trois mois, il sera de retour trois semaines plus tard, ayant déjà tout appris de l'art de travailler l’émouture d’un couteau (le façonnage de son tranchant).Mais Charles Roulin est un irréductible franc-tireur. Hors de question pour lui d’embrasser le métier « pour fabriquer de beaux couteaux comme tout le monde ». Dès ses débuts, en 1987, il grave des scènes sauvages sur le manche et la lame de ses couteaux.En trente-quatre ans, son style, de plus en plus audacieux, s’est considérablement approché du monde de l’art, même s’il s'endéfend farouchement. Le coutelier se définit simplement comme « un artisan qui vend un peu de son âme par son travail ». La sienne exprime la fragilité de la vie. Beau paradoxe chez un homme aussi ardent. 

Ancien membre de : The Knifemakers Guild - USA - Deutsch Messermacher Guild - Allemagne - Maestro de la Corporazione Italiana Coltellinai - Italie
Distinctions  : 2019, Prix de la culture, Ville de Bernex, Bernex - 2012, Prix de l’Artisanat de Genève, Genève - 2002, Premier prix du Créa d'Or, GenèveDistinctions- 1997, Premier prix Colpo di Fulmine, Milan, Italie1996, Special Merit Award Knives Illustrated - 1995, Premier prix de la création, Lugano - 1994, Premier prix coup de coeur du couteau pliant, Salon du couteau de Paris (SICAC), Paris, France - 1992, Premier prix du couteau droit, Salon du couteau de Paris (SICAC), Paris, France -  1990, Premier prix du couteau droit, Salon du couteau de Paris (SICAC), Paris, France

KINETOSCOPE EDITION